top of page

TOUT RECOMMENCER

La vie est un éternel recommencement, mais je suis particulièrement étonnée de voir comment chacun peut adhérer à ces recommencements comme pour une première fois, sans recul, sans anticipation.

Le froid revient et chacun s'emmitouffle, pense à Noël et ses gateaux à la canelle, son vin chaud, ses guirlandes et illuminations.

Le covid revient.... enfin juste les PCR + (dont on sait qu'ils ne sont absolument pas specifiques d'une infection récente...et surtout sur des personnes totalement asymptomatiques), mais la même doxa revient ... et est acceptée pour de fausses excuses : "s'isoler et gagner 3 à 5 j de congés", ou "ne pas contaminer les autres" etc... et chacun tente l'opportunité ou peut être revit à minima ses anciennes angoisses.

Mais personne ne se rebelle..., personne ne réclame de retrouver ce que la gestion liberticide de cette pandémie nous a volé.

La guerre du covid a précédé la guerre en Ukraine, la peur a suivi une autre peur et ses contraintes et restrictions nouvelles... et nous finançons à coup de dollars une guerre abominable qui s'éternise et nous autorise à trouver ces belligérances presque communes à notre quotidien, jour après jour,comme un éternel recommencement, comme une habitude. On compte toujours les morts.

Mais les medias sont insatiables et même Zelenski, le VRP mendiant a peur (non pas de sa guerre qu'il fait par délégation à son peuple) mais de l 'oubli ... des finances auxquelles il aspire ...

car l'exacerbation de cet ancien et perpetuel conflit international israelo-palestinien....qui fait la une des journaux, divise ... et occupe maintenant la première place des préoccupations et des conversations de chacun.

Alors, de guerres en guerres, de peurs en peurs, de restrictions en restrictions , la Cop 28 nous a montré les paradoxes extrèmes ... les "élus ou autres dictateurs" font les lois et les restrictions sans se les appliquer jamais.

Et le monde accepte sans se rebeller.


On envoie en Ukraine des millions de dollars et on laisse nos retraités et nos vieux mourir de froid.

On récupère une immigration que l'on ne peut gérer et que l'on parque et déménage, comme

nos étudiants, loin de Paris pour les jeux de 2024.

Le QR code revient pour se déplacer...


Jusqu'où va-t-on nous alterner jeux du cirque, peurs et contraintes?

Entre silence et indifférence.


Ou on peut tout changer et tout recommencer ... différemment.



bottom of page